La Martinique en 10 coups de coeur

top feature image

La Martinique en 10 coups de coeur

Nous sommes allés plusieurs fois sur l’île aux fleurs, que nous avons explorée par la terre et par la mer. L’option croisière est magique, car nous vivons en phase avec le soleil qui se lève si tôt dorer nos peaux endormies, et qui se couche tôt également, en comparaison à ce dont nous avons l’habitude, sous nos latitudes. La lumière de l’aurore et les premiers rayons du matin sont tellement doux ! Nous aimons ce sentiment de liberté, sans stress, sans contrainte, ni obligation, déconnectés du continent. Et se réveiller en pleine mer est toujours… un immense privilège. Nous vous reparlerons de ce voyage en voilier plus bas.

La Rivière-Pilote, Sainte-Anne, les Salines, le Diamant, les Anses d’Arlet, Fort de France, la Montagne Pelée…. Tous ces mots me ramènent instantanément à cette île. Randonnées, forêt tropicale, cascades, cabotage dans les petites anses, plages de sable blanc ou noir, surf, eaux turquoises paradisiaques… Il y en a pour tous les goûts! Parmi de nombreux et magnifiques souvenirs, nous partageons ici nos 10 coups de cœur, nos plus beaux moments de voyage, sous les tropiques. Bonne lecture !

 

 

Regard photograpique © Lys Around the World

 


Vous trouverez dans cet article:

La cartographie de l’île, pour mieux se repérer

Nos 10 coups de cœur pour visiter la Martinique

Mini-guide pratique + croisière


 

La cartographie de la Martinique

 

 

10 coups de cœur en Martinique

 

1. L’Habitation Clément, une institution !

La Rhumerie Clément, clairement le meilleur rhum (en toute objectivité, bien sûr!) ! L’habitation Clément est une ancienne plantation sucrière située dans la commune du François. La propriété, appelée Domaine de l’Acajou, comprend trois parties : l’ancienne distillerie, les chais de vieillissement ainsi que des bâtiments d’habitation.

Si vous êtes ici pendant la période de Noël, n’oubliez pas de goûter au Shrub, cette liqueur créole est élaborée selon une recette traditionnelle martiniquaise vieille de plusieurs siècles… En bouche, cette liqueur vous laisse aisément entrevoir ses origines : un mélange subtil de rhums blancs et de rhums vieux Clément, de sirop de sucre de canne, d’épices et d’écorces d’orange. Il se boit pur, sur glace, additionné d’eau minérale gazéifiée, ou en cocktail. Faites moi confiance, le rhum coule dans mes veines depuis bien avant ma naissance, c’est un délice 🙂

 

 

2. Les plus belles fleurs au Jardin de Balata

La Martinique ne s’appelle pas pour rien l’île aux fleurs : le Jardin de Balata, ouvert entre 9h et 18h, vous plonge dans une biodiversité enchanteresse. Imaginez le paradis… des fleurs exotiques, des couleurs si vives, des parfums embaumant… Une palettes de couleurs allant du dégradé de vert tropical au jaune citron, en passant par le rose fuchsia. On se promène dans ce jardin botanique, emportés par la magie des lieux. Accès par la Route de Balata (vers Morne Rouge), à 10 kilomètres au nord du centre ville de Fort-de-France.

Sur la route de la Trace, les crêtes et chemins escarpés de l’île nous laissent découvrir des paysages grandioses.  L’île compte de très nombreux sentiers de randonnée, on en parlera plus bas.

 

3. Se passionner pour un départ de régate de Yoles

Véritable sport national, le tour de l’île est une institution en Martinique. La Yole est une embarcation très étroite, effilée, légère et très rapide, de faible tirant d’eau, dotée de voiles et de rameurs quasi professionnels. Fun-fact, à l’origine la yole était utilisée notamment sur la côte est de la Martinique, par les pêcheurs, en remplacement du gommier. Les voiles aux couleurs vives se détachent du plan d’eau et accrochent nos yeux, rivés vers le large.

 

 

4. Surfer à l’Anse Couleuvre

L’Anse Couleuvre, une de nos plages préférées. Et cette plage de sable noir se mérite ! Située au nord de l’île, tout au bout de la route du Prêcheur, l’accès y est assez difficile, car la route est pentue. Mais une chose est sûre : le jeu en vaut la chandelle, le cadre est spectaculaire. Par jours de houle du nord, une belle droite, réservées aux plus expérimentés (présence de rochers et corail proche de la surface), se forme au pied de la falaise.

Une vague qui convient à tout type de surfeurs : Basse Pointe, un spot caché derrière les rochers du village Basse Pointe. Il s’agit du spot principal du Martinique Surf Pro. Peu importe de la taille du swell et de l’orientation de la houle, là il y aura toujours des vagues. Et comme le disent les locaux : « si c’est flat ici, toute la Caraïbe est flat ! 😉  »

…Et pour ceux qui veulent s’en mettre plein les yeux : derrière Basse Pointe, la vague de Grand Rivière, une des plus dures de l’île. Une droite qui, dans certaines conditions est comparable à Waimea (Hawaii)…

Mais si vous préférez le windsurf ou le kitesurf, c’est l’Anse Michel qui fera votre bonheur. La barrière de corail forme un lagon avec un dégradé de bleu époustouflant et la plage est splendide.

 

5. Se prélasser sur la plage des Salines jusqu’au coucher de soleil

AAaahh, les Salines,… Une des mes plages préférées en Martinique, en face du Diamant. Le paradis sur terre. Plage « carte-postale ». Il s’agit clairement de la plage la plus connue de Martinique mais c’est aussi une des plus étendues des Caraïbes. On peut donc aisément se retrouver tranquille et admirer un beau coucher de soleil en toute quiétude.

Deux autres plages que nous avons dénichés : deux véritables coup de cœur, l’une est un trésor du bout du monde, l’autre est un trésor des mers.

Lorsque l’on parvient à la plage de Sinaï, nous avons l’impression d’être au bout de monde. Nous sommes au pied de la Montagne Pelée, juste après le port de pêche Grand Rivière. Le décor est grandiose : la plage de sable noir est enveloppée par des falaises abruptes habillées d’une végétation tropicale luxuriante. Un air majestueux s’en dégage. Impressionnant même. La plage de Sinaï est peut-être la moins connue de l’île… Un trésor bien caché.

L’îlet Madame, au départ du Robert est l’endroit idéal pour la farniente. Un petit îlet paradisiaque verdoyant pour qui aime se prélasser de longues heures au soleil sur le sable blanc.

 

 

6. Un resto typique avec un cuisinier exceptionnel et généreux

Un autre monde et pourtant on est toujours en Martinique dans le Nord de l’ile… Le nord de l’île est beaucoup plus sauvage et authentique. Nous sommes au Hameau du Morne des Cadets et jouissons d’une vue sur la Pelée à couper le souffle. Tonton Léon est un homme d’une grande gentillesse (qui pendant l’apéro, nous donne la bouteille de rhum et on se sert comme on veut). Pour y accéder direction Fond Saint-Denis, sur la Trace, avant d’arriver au Morne Rouge, on passe dans la forêt tropicale, dans le Grand Froid (brouillard et 21 degrés). Un paradis pour les gourmands ainsi que pour les randonneurs.

 

7. Une randonnée dans la Savane des Pétrifications

La Savane des Pétrifications et la Presqu’Ile de la Caravelle sont les deux premiers morceaux de terre à avoir émergé pour former les premières îles. Il y a de supers randos à faire à la Savane des Pétrifications et à la Presqu’Ile qui mènent à de superbes plages. A la Presqu’île de la Caravelle, il y a aussi le Château Dubuc qui est représentatif d’une partie de l’Histoire de l’île.

On vous l’a dit, la Martinique compte de nombreux sentiers de randonnées, une autre rando qu’on recommande c’est celle de la Boucle du Vauclin : une promenade tranquille avec des vues magnifiques sur la côte sud (effet waouh ! garanti)

 

8. Le décollage au marché de Fort-de-France

Il sagit d’un petit déj avec du ti nain (banane), de la morue et du rhum pour bien commencer la journée (vers 7h du mat jusqu’à 11h). Les antillais se reunissent entre amis…

 

9. Nager avec les tortues

Direction l’Anse Dufour ou l’Anse Noire. Havre de paix pour la vie sous-marine, nous avons apprécié la tranquillité des profondeurs et nagé avec des tortues. L’Anse Noire est tapissée d’une végétation tropicale luxuriante, le sable y est noir et l’eau limpide. L’Anse Dufour, est sa jumelle, à ceci près que son sable est doré.

 

10. Cerise sur le gâteau: la Lanterne, près de la baignoire de Joséphine

Si vous cherchez des fonds blancs pour pouvoir planter son barbecue dans l’eau tout en sirotant son verre de planteur, assis dans une eau translucide à 30 degrés, il faut aller sans aucun doute sur la côte est, un fond blanc qui s’appelle La Lanterne, près de la Baignoire de Joséphine où il y a encore moins d’eau. C’est génial ! On y accède par bateau ou catamaran, certains y font le “baptême du rhum”. Le 15 aout, tous les Martiniquais se retrouvent là pour un weekend de festivités, tout ce qui flotte est dans l’eau. Une ambiance unique.

 

Mais aussi : assister à un combat de coq (oui ça existe, il s’agit là d’une tradition créole…), aller au marché local et y goûter ses fruits et légumes exotiques, y déguster de délicieux avocats martiniquais…

 

 

Martinique, conseils pratiques

 

QUAND Y ALLER

La belle saison arrive avec les alizés, ces vents chauds et stables venus d’Afrique soufflant SE-NE, à la mi-novembre et s’installe de mi-décembre à mi-avril. Le temps est ensoleillé et peu pluvieux. C’est la saison idéale.

Pour les voileux, en février, les alizés sont bien installés. Mais attention, ils peuvent souffler très fort (36 nœuds) et former une mer houleuse (avec 3-4 mètres de creux).

 

Y ALLER

Comme toujours, nous vous recommandons de comparer les vols sur Skyscanner. Nous avons pris un vol Air Caraïbes. Les vols sont fréquents et nous avons pu avoir de bons deals. Un Paris-Fort-de-France s’effectue en 8h environ.

 

SE DEPLACER EN MARTINIQUE

La meilleure façon de découvrir la Martinique est de louer une voiture. Nous l’avons louée via Europcar depuis l’aéroport de Fort-de-France. Comme toujours, nous vous encourageons à comparer les deals.

Vous pourrez ainsi sillonner l’île à la découverte d’un sentier de rando, d’une cascade ou d’une plage. À l’intérieur de l’île, les cultures de bananes et de canne à sucre donnent, sous l’effet du vent, de jolis effets de vert cru et de reflets d’acier. Les crêtes offrent également des points de vue mémorables.

 

EN BATEAU : organiser sa croisière

  • Nous organisons toujours nos croisières en avance, au Salon Nautique de Paris, d’une année sur l’autre. Nous comparons les offres en fonction des ports de départ, de nos choix de navigation (s’agit-il d’une première navigation ? Sommes nous prêt à faire des nav’ de nuit ? One way ? Return ?) et de la flotte de bateaux mise à disposition.
  • Pour la Martinique, nous avions loué via Dream Yatch Charter un Harmony de 38 pieds baptisé « Platon » au départ du Marin (LA base nautique martiniquaise et qui a même un rayonnement régional sur toutes les Caraïbes). Nous pouvons bénéficier aussi d’un skipper si nous le souhaitons.
  • Un brief météo et technique est toujours effectué à la livraison du bateau, ainsi que des conseils de navigation et de mouillages si nous choisissons de naviguer sans skipper professionnel.
  • Les mouillages en Martinique sont « sauvages », tiennent plutôt bien et sont majoritairement gratuits.
  • En croisière, nous avons toujours des cartes marines à disposition dans le bateau et un compas, ainsi que l’électronique de bord pour se repérer.
  • LA référence incontournable en terme de guide papier, c’est le Jacques Patuelli pour les Antilles; Un indispensable selon nous. Jacques Patuelli connaît toutes les petites Antilles car il les sillonnent et les découvre à bord de son voilier « Tangaloa » depuis de nombreuses années.
  • Nous aimons beaucoup également le Bloc Marine Antilles qui donne pas mal de conseils mouillages, d’approche, et d’itinéraires sympas.

 

2 Comments

Un grand OUI pour l’habitation Clément. J’ajouterai que les expo d’artistes locaux sont belles, ou humoristiques … en tout cas colorées!
Te lire est un délice lady lys 😉

Aujourd’hui 3 janvier 2017, après Noël et son Shrubb, on se lance dans la pêche au gros avec un pêchou du Carbet. Départ avec lui à 13h !

Les alizés sont étonnamment forts c’est vrai. On se laisserai bien tenter par une session windsurf.
Une île : y a des spots pour tous les goûts ! J’aurai tendance à citer le Robert pour ma part. Le François : bcp mieux pour des kite car ils ont pieds partout.
En tout cas, le surf à l’anse Couleuvre : sensas! On est allés à Grand Rivière pour notre part. Les mêmes caractéristiques : sable sombre et cailloux pas loin. Avec des vagues fortes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *