Décourvrir le Château de Versailles autrement

top feature image

Décourvrir le Château de Versailles autrement

Le Château de Versailles, la Galerie des Glaces, les Jardins de Le Nôtre… Je vous emmène à la Cour du Roi Soleil pour quelques instants… On imagine les intrigues, complots des courtisans, romances interdites, bals masqués et somptueuses fêtes qui s’y déroulaient… Cette fois-ci, nous partons à la découverte des plus belles pièces, des plus beaux trésors mais aussi des coulisses de Versailles.

1623. Louis XIII construit « un rendez-vous de chasse » à Versailles, remplacé quelques années plus tard, par un tout petit château de briques et de pierres.

Ce premier château de Versailles correspond en fait, aux bâtiments qui entourent la cour de marbre.

Louis XIV, qui ne se plait pas à Paris (souvenirs de la Fronde), est très attaché au château de son père ; il décide alors de s’installer à Versailles. Mais ce « château » est trop petit à son goût : il décide de grands travaux et fait construire deux grands bâtiments de part et d’autre de la cour.

Entre 1668 et 1670, l’architecte du roi, Louis Le Vau,  entreprend un second aménagement, et construit un bâtiment dont les façades de pierre blanche enveloppent le premier château et réalise deux grands appartements en symétrie pour le roi et la reine.

Le Grand Appartement du Roi est composé de 7 pièces en enfilade qui chacune fait référence à la Mythologie :

  • Le salon de l’Abondance
  • Le salon de Vénus
  • Le salon de Diane
  • Le salon de Mars
  • Le salon de Mercure
  • Le salon de d’Apollon
  • Le salon de la Guerre

Les Grands Appartements du roi constituent la partie « publique » de la vie du monarque, qui y recevait avec faste la Cour et les ambassadeurs étrangers. S’y déroulait, une véritable mise en scène du pouvoir absolu : Grand Lever, Déjeuner, Souper, réceptions officielles, festins, concerts, …
Le décor, d’une infinie richesse, constitue une véritable oeuvre, à la gloire de la monarchie. Les murs du Grand Appartement sont lambrissés de marbre et y étaient exposés la collection royale de statues et de bustes antiques ou enrichis de tableaux dont un certain nombre est aujourd’hui au Musée du Louvre (comme par exemple la Joconde).

Les Grands Appartements de la Reine sont composés de :

  • La chambre des gardes
  • L’antichambre du Grand Couvert
  • La chambre des nobles
  • La chambre à coucher
  • Le salon de la Paix

Les plafonds des pièces qui composent le Grand Appartement de la Reine sont consacrés aux mêmes divinités que celles des salons du grand Appartement du Roi, mais illustrés d’héroïnes de la Mythologie.

Mais Louis XIV ne se contente pas de rendre l’intérieur majestueux, il va apporter le même raffinement dans les jardins, alors qu’il n’existait que des bois, des prairies et des marécages.

A partir de 1679, Mansart agrandi de nouveau le château, avec l’aile du midi pour loger les princes. Il réalise une grande et une petite écurie, ainsi que les ailes des ministres pour tous les services administratifs du gouvernement.

En 1682, le roi fixe sa cour et le gouvernement à Versailles. Versailles est alors un véritable outils politique pour Louis XIV, une façon sublime de montrer sa puissance. Il vit dans son palais en compagnie de ses courtisans (personnes de haute noblesse vivant à la Cour) afin de les surveiller de plus près car cet épisode de la Fronde (révolte des hauts nobles afin de prendre le pouvoir) l’a terriblement marqué. Les Courtisans veulent plaire au Roi, et lorsqu’ils sont bien vus, ils reçoivent des faveurs et des pensions.

Louis XIV demande à son architecte de fermer la terrasse qui donne sur le parc pour en faire une grande galerie, appelée aujourd’hui la galerie des glaces. Elle devient le grand espace de reception et d’apparat de la cour.

En 1686, Mansard termine la construction du « Grand Commun », situé sur le flanc est du château de Versailles. Le « Grand Commun »,  était habité par les officiers des maisons royales : valet et femme de chambre, aumôniers, cuisiniers et autres titulaires de petits offices indispensables …… au Roi, à la Reine, et aux Enfants de France. Ce vaste bâtiment abritait les cuisines, les salles à manger au rez-de-chaussée et dans les 4 étages au dessus, il y avait des « logements de fonction » de toutes dimensions jusqu’aux soupentes.

Quand aux domestiques des courtisans, ils logent dans l’appartement de leur maître ; garde robe le plus souvent, ou tout autre espace disponible. Les autres logent dans les nombreuses pensions de la ville ou bien rentrent à l’hôtel que leur maître possède un peu plus loin.

C’est en 1687 que le Roi Soleil demande à Mansard de construire un petit château où il peut se retirer pour plus d’intimité : le Grand Trianon. Louis XIV dira : « j’ai fait Versailles pour ma cour, Marly pour mes amis et le Grand Trianon pour moi ».

Il manquait au château une chapelle, digne du projet du souverain. En 1689, un chantier est lancé par Mansard dédiée à St Louis, ancêtre et Saint Patron de la famille royale, cet édifice est le dernier bâti sous le règne de Louis XIV.

Dans sa dernière partie du règne, le Roi déplace sa chambre au centre du château.

Lorsque son arrière petit fils, le roi Louis XV s’installe à Versailles, il va rechercher plus d’intimité, et faire aménager de petits appartements derrière le grand appartement de parade. On entre dans ces appartements d’intérieur par des portes dérobées, juste à côté de la bouillonnante Galerie des Glaces et progressivement on glisse des pièces les plus publiques aux plus intimes. Ces appartements font le tour d’une cour intérieur, la Cour des Cerfs. Louis XV y organise de petits soupers, pour la première fois de l’histoire, le Roi dine en petit comité, où tout le monde était assis.

A proximité immédiate des petits appartements du roi Louis XV, les appartements des favorites du Roi : Madame de Pompadour et Madame du Barry.

…tandis que ses filles occupaient les appartements de Mesdames, situés au rez-de-chaussée du corps central.  Ces appartements de rez-de-chaussée – communiquant directement par plusieurs escaliers avec celui de la reine situé au-dessus – étaient toujours réservés aux premiers membres de la famille royale. On y trouve également les appartements du Dauphin, fils de Louis XV : Louis dauphin de France et de la Dauphine.

En 1768, Louis XV fait construire ce qui manquait au château : l’Opéra Royal.

Pour sa favorite, Madame de Pompadour, il demande à son architecte de construire un pavillon d’un genre nouveau : le Petit Trianon.

Son petit fils le roi Louis XVI offre le petit trianon à Marie-Antoinette qui y créé un univers personnel et intime loin des fastes de la cour. On y retrouve son portrait peint par Elizabeth Vigée-Le Brun.

Louis XVI fait quelques modifications dans les petits appartements, comme le salon des jeux. Marie-Antoinette modifie également la décoration des petits appartements de la Reine.

Le Roi Louis XVI, dès qu’il en a l’occasion, se retire pour y exercer ses occupations favorites : la physique, la mécanique, et la géographie, dans d’étroites pièces, sous les toits du château. De son côté, pour échapper aux pressions de la cour, la Reine demande à son architecte de lui édifier un petit village normand dans le parc du petit trianon ; ce sera le hameau à l’atmosphère champêtre.

En 1832, pendant la Restauration, le roi Louis Philippe transforme l’ancienne résidence royale en un musée de l’Histoire de France. Dans l’aile du midi, l’ensemble des appartements des Princes sont remplacés par une galerie de peintures : la Galerie des Batailles.

 

La Révolution Française de 1789, et autres évènements et bouleversements ont malmené le château qui n’est plus la splendeur qu’il a été… Dans les années 1880-90, le château est dans un état d’abandon, de désordre et de poussière terrible… mais ce n’est sans compter sur quelques passionnées et généreuses personnes… Aujourd’hui le château a retrouvé sa splendeur d’antan.

Souvent qualifié de « plus beau château du monde », le château de Versailles témoigne surtout de l’ambition de Louis XIV de faire de ce palais, le reflet de la puissance politique et culturelle de la France. Si la famille royale habitait dans des lieux somptueux, des centaines  d’appartements hébergeaient en plus un bon millier de personnes, un labyrinthe étriqué de pièces minuscules, de couloirs étroits, d’escaliers qui ne l’étaient pas moins. Et dans ce microcosme surpeuplé s’agitaient de grandes dames aux robes volumineuses, des beaux messieurs aux perruques poudrées, des valets, des suivantes, des cuisiniers, et toutes sortes de gens aux fonctions variées…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post navigation

Previous Post :