Les secrets des Jardins de Versailles

top feature image

Les secrets des Jardins de Versailles

Cet article, ce sont des amis Erasmus qui m’ont incité à l’écrire… Ils voulaient que je leur écrive Versailles à la manière dont je leur raconte… Car j’aime beaucoup les jardins de Versailles, lieu de promenade de toute mon enfance (et de tant de Versaillais). Admirés par le monde entier, leur création a demandé un travail gigantesque. Imaginez, des étendues de marécages, prairies et bois… D’énormes charrois de terre ont été nécessaires pour aménager les parterres, l’Orangerie, les bassins, le Canal ainsi qu’une prouesse technique pour l’époque : la maîtrise de l’eau, et son acheminement pour alimenter toutes les fontaines et bassins.

Alors ce week-end, je profite d’un court passage parisien et de mon grand-père féru d’Histoire pour enfiler mes chaussures de marche et revisiter encore le château de Versailles et ses jardins… et vous les faire découvrir !

Car Louis XIV ne se contente pas de rendre l’intérieur majestueux, il veut apporter le même raffinement dans les jardins. En créant ces jardins, Louis XIV veut symboliser son pouvoir absolu. Le Roi est en général représenté en Apollon, dieu du soleil, dieu guerrier et en même temps protecteur des sciences et des arts. Il représente l’harmonie et instaure la paix. L’emblème du soleil choisi par Louis XIV illustre sa puissance : c’est le soleil qui dicte au cosmos (au monde) ses règles. Louis XIV aimera toute sa vie ses jardins. Il rédigera même un guide intitulé « Manière de montrer les jardins de Versailles », conseillant un « parcours de visite ». À la fin de sa vie, il continuera de s’y promener en « roulette » (chaise roulante).

De la fenêtre centrale de la galerie des Glaces se déploie la grande perspective qui conduit le regard du parterre d’eau vers l’horizon. Le jardinier André Le Nôtre se plut à aménager cette perspective et à la prolonger en élargissant l’Allée royale et en faisant creuser le Grand Canal.

Le Grand Canal, long de 1 670 mètres, fut le cadre de nombreuses fêtes nautiques et de nombreuses embarcations y naviguaient. Ainsi, si l’été voit la flotte du Roi s’y déployer, l’hiver, patins et traineaux investissent les eaux gelées du Grand Canal.

Les travaux des jardins sont entrepris en même temps que ceux du palais et ont duré une quarantaine d’années.

Pour vous repérer voici le plan officiel des jardins : ici

Pour accéder aux jardins nous passons entre l’Aile du Midi et la Cour Royale. De suite les jardins sont comme un enchantement. Allez-y un soir d’été lors des Grandes Eaux Nocturnes pour une ambiance absolument féerique, digne des plus beaux feux d’artifices que donnait Louis XIV lors de ses banquets 😉 ! (Je recommande très vivement, pour plus de renseignements , cliquez ici).

Nous descendons les quelques marches après le parterre d’eau et arrivons à un premier bassin.

Le bassin de Latone est métamorphose mythologique : Latone (qui est la mère d’Apollon et de Diane, maîtresse de Jupiter), était avec ses enfants sur terre, s’arrête à une fontaine pour demander aux paysans si elle et ses enfants peuvent y boire. Les paysans refusent et la maltraitent.

Aussitôt Latone demande à Jupiter de les punir et celui-ci les métamorphose en animaux aquatiques comme des crapauds et des tortues. Le symbole pour le Roi est que lorsque les proches du Roi sont humiliés, celui-ci peut punir le coupable.

 

Ensuite, le Bassin d’Apollon : Apollon est sur son char tiré par les chevaux, c’est lui qui lève et couche le soleil. Le symbole royal de la beauté, de la jeunesse la conquête du monde, la grandeur et la puissance.

 

Un peu plus loin, les fontaines des quatre saisons tout en symétrie, que j’apprécie beaucoup.

Les fontaines  de Ceres et de Flore : l’une représentante l’été avec la moisson symbolisée par la faucille, le blé avec des roses ; tandis que l’autre représente le printemps avec les guirlandes de fleurs.

Les fontaines de Saturne et Bacchus : l’une représente l’automne, avec bien entendu la vigne, l’autre représente l’hiver, symbolisé par un vieillard, des stalactites, des coquillages et un soufflet (le vent).

 

Flânez dans les jardins… Laissez votre intuition vous mener ! Également appelés cabinets de verdure, les bosquets sont des salons de plein air que l’on ne découvre qu’une fois passée l’entrée. Chaque bosquet est différent. Laissez vous surprendre 😉 !

 

Mes préférés sont le Bosquet de l’Encelade, le Bosquet de la Colonnade et le Bosquet de Rocaille ou la Salle de Bal.

Le Bosquet de l’Encelade.

Au centre on trouve Encelade, un géant qui subit la colère de Jupiter pour avoir tenté d’escalader le Mont Olympe. Encelade se retrouve écrasé par un amoncellement de rochers. Le symbole royal est bien sûr qu’il ne faut pas s’attaquer au Roi, sinon ceux-ci seront punis.

 

Le Bosquet de Rocaille, ou salle de Bal, est un mur d’eau composé de petits bassins en escaliers sur lesquelles l’eau ruisselle. C’est le dernier bosquet crée par Le Nôtre. Il n’a pas subit d’importantes modifications depuis l’époque de Louis XIV. Le Roi y écoutant des fables, des pièces de théâtre, dansait entre amis. Il était un lieu intime lorsqu’il voulait s’isoler de tous les courtisans.

 

Des statues ornent les jardins du château.

La statue de Cyparissos raconte l’histoire de ce jeune homme qui avait adopté un très beau et jeune cerf qu’il adorait. Mais un jour, au cour d’une partie de chasse, il tue sans l’avoir voulu son bel animal. Il en pleure et souffre beaucoup, il veut même se tuer. Apollon, qui ne veut pas que Cyparissos se tue, le transforme en cyprès.

Plus loin, des statues symbolisent les continents :

  • L’Europe : avec le casque, la bouclier symbole de la Paix
  • L’Afrique : avec le lion et les oreilles d’éléphant
  • L’Asie : avec l’encensoir symbolisant les épices qui proviennent de ce continent
  • Les Amériques : l’indien coiffé de plumes et portant un arc et des flèches avec un alligator à ses pieds

D’autres statues symbolisent les saisons, des vases ornés de fleurs comme le tournesol qui tourne avec le soleil et le laurier, symbole de la gloire.

 

L’Orangerie se trouve à proximité du château, dans les jardins. L’orange était un fruit rare et précieux. La passion pour les collections d’orangers remonte en France à la Renaissance. Le bâtiment a été conçu pour protéger les arbres exotiques (orangers, citronniers, grenadiers…) du froid ; construit au sud, donc face au soleil, il se situe en contrebas du château, ce qui le préserve du vent. Les murs sont très épais. Dès l’automne et durant l’hiver, il abrite les deux mille caisses d’arbres exotiques, dont environ 1 800 caisses d’orangers et 200 palmiers. Au printemps et en été, les arbres sont sortis et disposés sur le parterre prévu à cet effet, ainsi que dans le reste des jardins.

 

Le hameau de la Reine.

Ce petit hameau d’insouciance où j’ai appris à faire du vélo, enfant !

C’est la Reine Marie-Antoinette qui demande à son architecte de lui édifier un petit village normand dans le parc du petit trianon ; l’atmosphère champêtre vous transporte à une autre époque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *