Saint-Malo

top feature image

Saint-Malo

« Salut la Malouine, je pars en weekend entre amis/amoureux/famille à Saint-Malo. Aurais-tu des reco sorties / points d’intérêt / restaurant / crêperie ? ». Combien de fois ai-je reçu ce message, et combien de fois ai-je parlé à mes amis de ce petit coin de paradis. Combien de fois ai-je « raconté Saint-Malo » à des touristes un peu déboussolés. Parce que Saint-Malo ça se raconte, Saint-Malo fourmille d’histoires de marins, de pêcheurs, de grands navigateurs. Saint-Malo, cité Corsaire. Une invitation au voyage, à l’ailleurs, aux rêves qui embaument les épices et le café…

Un article-guide un peu spécial cette fois-ci pour tous les curieux de la côte d’Émeraude, désireux de prendre un bon bol d’air marin, le temps d’un weekend, d’une semaine ou d’un été.

Ecrit avec passion, bercée par le bruit de la mer et les légendes des marins et pêcheurs, par une demie-malouine qui vous partage le style de vie à la malouine au rythme des marées. Au programme, de la voile, une virée dans la baie en semi-rigide, un pique-nique à Cézembre, un apéro sur la plage et de belles découvertes du patrimoine historique français?/breton?/assurément malouin ! Bon vent!


Quel tempo ?

Pour un weekend : Saint-Malo

Pour un long weekend : Mont-Saint-Michel + Saint-Malo + Dinan / Cancale

Pour une semaine : Mont-Saint-Michel + Saint-Malo + Dinard + Cancale + Dinan

Pour les amoureux des environs : Saint-Malo, la Baie de Saint-Malo, Cancale et un excellent restaurant, Dinan, Dinard, son marché et ses maisons chics à l’anglaise, Saint-Briac, le Mont-Saint-Michel et une escapade aux îles Chausey

Pour les amoureux de la Bretagne: Côtes littorales Bretonnes


Saint-Malo Intra-Muros

Saint-Malo et le Môle des Noires

Un point culturel

Saint-Malo a une identité très particulière et les Malouins sont extrêmement chauvins. Si bien, que la devise de la ville après « Semper Fidelis » est : « Malouin premier, Breton ensuite, Français, si l’en reste« .

Saint-Malo a été fondée en 541 par un moine venu de Cornouailles (actuel Pays de Galles): Saint-Maclow. Initialement arrivés sur l’île de la Cité d’Aleth avec Saint Aaron, c’est au XIIème siècle que le diocèse fut déplacé sur l’actuel rocher de Saint-Malo, dont la position est stratégique : Saint-Malo fait l’objet de conflits entre le Royaume de France et le Duché de Bretagne. C’est avec la découverte des Amériques que la Cité Corsaire devient de plus en plus puissante. Les riches armateurs habitant dans les remparts au niveau de l’avant-port (appelé depuis « la petite Californie ») se font construire des manoirs appelés Malouinières dans les environs. D’illustres personnages comme les explorateurs (Jacques Cartier), corsaires (Duguay-Trouin, Surcouf), scientifiques (Maupertuis) ou écrivains (Chateaubriand) participent à la renommée de la ville portuaire. Saint-Malo devient premier port de la Compagnie des Indes puis plus tard de la Compagnie des Mers du Sud et s’enrichit grâces aux nombreuses expéditions et au commerce (café, épices).

L’apogée de Saint-Malo se termine à la Révolution Française, époque à laquelle se développent les expéditions des Terres-Neuvas (marins-pêcheurs allant à la pêches aux morues à la suite de la découverte des grands bancs de morue de Terre-Neuve).

Saint Malo Intra-Muros

A voir / à faire

  • A quelques pas de la Porte Saint-Vincent vous découvrirez le Donjon du Château d’Anne de Bretagne, construit pour surveiller cette cité rebelle (rappelons que Saint-Malo a été une république indépendante pendant 4 ans). C’est ainsi que lorsque la ville redevient Française, par peur de l’esprit indépendantiste des malouins, Anne de Bretagne décide de construire ce donjon « quic-en-groigne » (quoique les Malouins en disent/grognent). Notons aussi que Saint-Malo est la seule ville française dont le drapeau est situé au-dessus du drapeau français ! Vous pourrez y visiter le musée de l’Histoire de Saint-Malo, illustrée par de nombreux documents, peintures, écrits et maquettes…

Dans les ruelles un brin austères, grimpantes et descendantes, levez le nez, vous découvrirez sans doute des statuettes de la Vierge Marie, ou de Sainte-Anne, des colombages qui ornent les façades par-ci par-là. Rue de la Corne-de-Cerf, rue Sainte, très pentue et authentique du XVIIIe siècle, rue Mahé-de-La-­Bourdonnais avec sa magnifique porte de bois sculptée… Parmi les plus belles, il ne faut pas manquer la rue du Pélicot, autrefois rue du Pot-d’étain. Au n° 5 trône, toujours debout, la Maison internationale des poètes et des écrivains, à l’architecture traditionnelle du XVIIImalouin, édifiée par des charpentiers de marine.

  • Faufilez-vous dans les ruelles qui se coupent et s’entrecroisent, et arrêtez-vous un instant dans la majestueuse Cathédrale Saint-Vincent. C’est ici que Jacques Cartier s’est agenouillé avant de partir découvrir le Canada.
  • Enfin, montez sur les remparts pour en faire le tour. A chaque pas, un panorama spectaculaire dont l’angle de vue est modifié au cours de la balade. Vous y verrez depuis les hauteurs, le port Vauban, l’avant-port, Dinard et ses maisons à l’anglaise, le Cap Fréhel (qui tombe à pic dans l’eau) jusque la pointe de la Varde ainsi qu’une multitude de rochers, îlots et banc de sable au rythme des marées (préférez la balade à marée haute).
  • Finissez votre tour de la ville par le Môles des Noires, qui délimite l’avant-port de la Baie de Saint-Malo. Ensuite, vous pouvez vous reposez à la plage de Bon Secours, où la piscine (emblématique) d’eau de mer vous attend à marée basse 😉
  • Après une baignade relaxante et revigorante, vous pouvez aller vous promener sur le Grand Bé, au sommet duquel vous trouverez la tombe de Chateaubriand. Enterré comme il le souhaitait « debout face à la mer » ; un écrito indique seulement qu’Un grand écrivain français a voulu reposer ici pour n’y entendre que le vent et la mer. Passant respecte sa dernière volonté. » Simone de Beauvoir raconte que « le tombeau de Chateaubriand nous sembla si ridiculement pompeux dans sa fausse simplicité que pour marquer son mépris, Sartre pissa dessus. »

Nos bonnes adresses

  • La Brigantine, notre crêperie préféré à Saint-Malo. La carte est variée, les crêpes sont excellentes et la garniture, généreuse, ravie nos papilles. Les produits sont frais et cuisinés maison. Au creux des vagues et du ressac salé, c’est par la porte de Dinan que nous nous engageons dans la rue du même nom pour débusquer cette adresse. Ouvrez-bien les yeux, la petite porte se fait discrète, un peu plus haut derrière la Belle-Epoque.
  • Le Chalut, meilleur restaurant de fruits de mer. Pour découvrir la cuisine gastronomique de la mer.
  • Le Bistrot autour du beurre, cuisine bistronomique de la maison Bordier, célèbre fromagerie et crèmerie malouine dont le beurre se retrouve autour des plus grandes tables. (du beurre Bordier, on en raffole!)
  • La Maison Générale, pour un brunch maison délicieux. La boutique de déco est aussi très jolie.
  • L’Univers pour aller prendre un verre…. où alors la Belle-Epoque, les pieds dans le sable!
  • Le Corps de Garde, une autre crêperie délicieuse sur les remparts de Saint-Malo. Les prix sont plus élevés mais la vue est splendide.
  • La petite crêperie Ti Nevez est également délicieuse. Le crêpier fait aussi de délicieux fars et gâteaux bretons.
  • Le meilleur glacier est bien Le Sanchez, d’ailleurs vous y verrez sûrement une longue queue devant l’étalage des glaces. Elles sont très bonnes et vous aurez l’embarras du choix. Mention spéciale pour la Malouine évidemment 🙂
  • Pour une pause sur le pouce, on s’arrête aux Délices du Gouverneur, que nous appelons entre nous « Ker y pom » et qui est repérable de loin avec sa devanture jaune.
Coucher de soleil depuis la plage du Pont

Saint-Malo, hors-les-murs

Jadis presqu’île, Saint-Malo est aujourd’hui reliée à la terre par la chaussée du Sillon (ancien banc de sable) et par les bassins et ports de pêche et de plaisance. « Saint-Malo agglomération » regroupe Saint-Servan, Courtoisville, Paramé, Rothéneuf, Rocabey et Saint-Ideuc, bordés par la Grande Plage de Saint-Malo.

La pointe de la Varde, site naturel protégé

A voir / à faire

  • Une balade sur la Corniche de la Cité d’Aleth offrant une vue magnifique sur Saint Malo Intra-Muros
  • Visite de la Tour Solidor à Saint-Servan : à l’embouchure de la Rance, la tour fut construite jadis comme poste de surveillance de l’estuaire de la Rance, puis fut transformée en prison avant d’être aujourd’hui le musée international du Long Cours et Cap Horniers en l’honneur des voyages à la voile des longs-courriers.
  • Une balade le long de la Grande Plage : Promenez-vous depuis la plage de l’Eventail, continuez sur la promenade sur Sillon (au niveau de laquelle vous y trouverez des troncs d’arbre qui servent de brise-lame) vers la plage de Rochebonne, jusque la plage du Pont, tout au fond, d’où vous pourrez admirer un splendide coucher du soleil.
  • Instant détente à la plage du Pont, tout simplement. La Dolce Farniente. On choisit la plage du Pont, car c’est notre préférée. Elle est presque toujours à l’abris du vent et offre une vue imprenable sur Intra-Muros. Le soir en été, on y pique-nique et prend l’apéro…
  • Une balade entre terre et mer : Une de nos balades préférées, très calme, si on veut échapper aux flux touristiques qui animent la vieille ville. Le point de départ se situe à la plage du Pont. Arrêtez-vous à la pointe du Bonheur, où l’on y trouve les vestiges d’une tourelle. Ensuite, la Pointe de la Varde est un espace naturel protégé. Ouvrez l’œil, vous y verrez de jolies fleurs et pleins de petits lapins. Vous y verrez aussi des bunkers allemands, témoins de la seconde guerre mondiale. De la Varde, vue imprenable sur la baie. Continuez votre chemin. Vous passez par la plage du Nicet puis la jolie plage du Val, on contourne les rochers sculptés, avant d’arriver au Havre de Rothéneuf. Pendant les jours d’école de voile, à marée haute, le spectacle de tous ces petits voiliers aux voiles orange sur l’eau est absolument idyllique.
  • Visite d’une malouinière, demeures du temps des riches armateurs pour un moment de culture. La Ville Bague est une malouinière magnifique ouverte au public. Le manoir du Limoëlou, demeure de Jacques Cartier abrite un musée qui évoque la vie quotidienne des malouins et les voyages de Cartier.

Nos bonnes adresses

Saint-Malo, ses fortifications, phares, balises et rochers…

La Baie de Saint-Malo

Saint-Malo se découvre également depuis la mer. Nous embarquons donc le temps d’une journée à bord d’un semi-rigide pour une journée pique-nique à Cézembre, wake aux Ebihiens et découvertes des îles et des balises de la baie.

  • Cézembre est la plus grande île de la baie et possède une plage et un restaurant. Il y a un embarcadère pour y accoster. Si vous louez un catamaran, vous pouvez directement accoster sur la plage. Attention cependant aux fortes marées, à la plage qui est très pentue et aux gros grains de sables qui peuvent s’immiscer dans le puit de dérive pour les dériveurs. Par beau temps le mouillage est bondé à Cézembre, ambiance pique-nique & apéro, toute la journée, très sympa ! Attention, sur la plage il y est interdit de creuser à plus d’un mètre de profondeur. Cézembre ayant été l’endroit le plus bombardé de France au mètre carré, il pourrait y rester des douilles…
  • Le Phare du Grand Jardin est le phare éclairant rouge à gauche de Cézembre
  • Le fort de la Conchée ressemble à fort Boyard en plus joli ! Il s’agit d’une maison Vauban, entourée de murs, actuellement en restauration (de près vous y verrez la tourelle toute nouvelle qui y a été reconstruite identique à l’originale)
  • La baie de Saint-Jacut-de-la-mer : pour un bel espace de wake/bouée/ski nautique. En sortant du chenal de la Petite Porte de Saint Malo, vous laissez à bâbord les Buharats, le Nerput, l’île Agot, les Herplux et la bouée ouest des Platus, vous passez la pointe du Décollé, et vous dirigez vers la bouée Est des Jumeliaux pour arriver dans cette baie peu profonde et abritée par les Ebihens. Plan d’eau plat. Idéal pour les planchistes et kite-surfeurs également !
  • Les Ebihiens : à moins de 10 milles de Saint-Malo, un mouillage idyllique. Petite astuce : par temps calme d’été, la face nord de l’archipel des Ebihens est bien moins fréquentée et encore plus paradisiaque. A savoir: l’île des Ebihiens est une propriété privée abritant une faune et une flore précieuse. L’archipel abrite également une réserve ornithologique sur l’îlot de la Colombière. Attention à ne pas y mouiller. En règle général veillez aussi à ne pas vous échouer.

Nos bonnes adresses pour découvrir la Baie

  • Nautilots, port des Bas-Sablons pour louer un semi-rigide.

Guide Pratique

Y ALLER 

  • En bateau si vous arrivez d’Angleterre par le Brittany Ferries ou de Dinard par le bateau navette 🙂 Vous entrerez à Intra-Muros par la porte de Dinan
  • En voiture depuis Paris comptez 3h30 à 4h en temps normal par l’autoroute A13 (par Caen) ou A10 (par Rennes)
  • En train, on s’arrête à la Gare SNCF de Saint-Malo. Des bus rejoignent Intra-Muros (porte Saint-Vincent)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post navigation

  Next Post :